Home > News Room > Media Releases > Candu Energy Statement on the Decision to Close the Gentilly-2 Nuclear Facility

Candu Energy Statement on the Decision to Close the Gentilly-2 Nuclear Facility

Mississauga, October 4, 2012 -- Kevin Wallace, President and General Manager of Candu Energy Inc., made the following statement in response to the announced closure of Quebec’s Gentilly-2 nuclear facility at the end of 2012:

 “Candu Energy Inc. believes the government’s decision to close the Gentilly-2 nuclear facility was made before all options were considered. A balanced energy mix provides stability and price certainty to Quebec’s economy. This issue would benefit from the exploration of other options to save this facility and the jobs associated with it. One possibility would be engaging in a lease agreement with a partner to refurbish, operate and potentially decommission the plant. We hope that the government will reconsider its decision and engage in further dialogue on this issue, considering the lease model has been used successfully in France, Ontario and the U.S. We would be happy to provide additional information.”

 For more information, please contact:

Rick Harari

Hill+Knowlton Strategies

416-413-4766

Rick.harari@hkstrategies.ca

  --------------------------------------------------------

Déclaration de Candu Énergie sur la décision de fermer la centrale nucléaire Gentilly-2 au Québec

 Mississauga, le 4 octobre 2012 -- Kevin Wallace, président-directeur général de Candu Énergie Inc., a fait la déclaration suivante en réponse à l'annonce concernant la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 à la fin de l'année 2012:

 « Candu Énergie Inc. croit que la décision du gouvernement de fermer la centrale nucléaire Gentilly-2 a été faite avant que toutes les options soient considérées. Une combinaison énergétique équilibrée assure à l’économie québécoise de la stabilité et de la certitude à l’égard des prix. Cette question bénéficierait de la considération d'autres options en vue de sauver la centrale et les emplois qui y sont associés. L'une des possibilités serait de s'engager avec l'un des partenaires dans le cadre d'un bail afin qu'il en assure la réfection, l’opération et, potentiellement, le déclassement. Nous espérons que le gouvernement reverra sa décision et s’engagera à dialoguer sur cette question, considérant que ce modèle de bail a été utilisé avec succès  en France, en Ontario et aux États-Unis. Nous serions ravis de fournir de plus amples informations."

 Pour plus de renseignements, veuillez communique avec :

 Rick Harari

Hill+Knowlton Strategies

416-413-4766

Rick.harari@hkstrategies.ca